Noël BROC s’en est allé ...

par Jean-Luc BOBIN

Il était l’un des ultimes témoins et acteurs de l’histoire de l’industrie minière du Haut Conflent. Une des figures emblématiques de l’aplec des mineurs d’Escaro qu’il honorait chaque année de sa fidèle présence. Le 8 septembre dernier, Noël Broc n’avait pu y assister. Une méchante blessure occasionnée à la jambe, alors qu’il désherbait un bout de jardin, l’avait contraint à se faire hospitaliser. Son état de santé, depuis, s’était aggravé.

Et cette semaine, Noël s’en est allé. Fatigué. Rejoindre sur la pointe des pieds ses anciens camarades au panthéon des mineurs de fond.
Agé de 87 ans, Noël Broc était « entré à la mine » comme on entre en religion. Il en avait 19. Mémoire infaillible. « J’ai commencé le 15 février 1950. C’était un jeudi », confiait-il lorsqu’on l’interrogeait sur le sujet. « Ce jour-là, il manquait un manoeuvre au câble. Il était malade. J’y suis allé pendant trois jours. Puis, on m’a mis au fond. Au boisage. Ensuite : j’ai fait bouche-trou. Bouche-trou par-ci, bouche-trou par-là. » Il y restera jusqu’au bout. Jusqu’à la fermeture des mines de fer d’Escoums au début des années soixante. Puis, plus tard, enchaînera et finira sa carrière dans la mine à ciel ouvert du Pla de Gante exploitée par la société Denain Anzin. Avec Bernard Schwarz, Noël Broc fut également celui qui découvrit l’énorme filon de spath fluor du Pla de Gante.
Parallèlement à son activité professionnelle, il mena en outre de front la petite exploitation agricole de ses parents aux côtés de son épouse Marie. Il fut enfin conseiller municipal de Souanyas-Marians pendant plus de 40 ans.
Les obsèques de Noël Broc auront lieu ce jeudi 10 octobre à 15h en l’église de Marians.
A Mimi son épouse, à Anne-Marie sa fille, à tous ses petits-enfants et à tous les membres de sa famille, l’Association Mémoire de la mine adresse ses plus sincères condoléances.

Photo © Jean-Luc Bobin / Association Mémoire de la mine.